Top

Objectif de janvier, désintox des écrans, le bilan

Se déconnecter des écrans, ce n’est pas facile. Aucun scoop ici. Nous avons tous nos automatismes, à qui allume la télé direct en arrivant à la maison, à qui agrippe son téléphone à la moindre perpective d’avoir 2 minutes de tranquillité (et il me fait mal de l’écrire, mais c’est mon cas), à qui se vautre voluptueusement tous les soirs dans son canapé chéri, sous ses couvertures préférées pour suivre ses séries télévisées favorites. Nous savions que nous n’allions pas vers un objectif facile ce mois-ci, mais plein d’ambition, nous avons décidé de nous concentrer sur 2 points : la télé et les téléphones portables.

La télévision

Nous n’avions pas planifié notre objectif sur le mois, et nous avons été tentés de couper totalement l’accès à la télévision totalement, dès le départ… et sans réelle surprise, la Petite Chérie a résisté au changement. Nous avons donc permis un dessin animé la première semaine (Ponyo…). À partir de la deuxième semaine, la Petite Chérie n’a plus demandé de dessin animé. Je pense que cela a été facilité par le point suivant, de débrancher des téléphones portables, car elle nous voyait moins sur les écrans des téléphones cellulaires.

Pour notre consommation de films du soir, nous avons pu facilement tomber à… 0 films, tout simplement parce que nous n’avons quasiment eu aucune soirée du mois entier. Chaque soir nous nous couchons à notre tour avec la Petite Chérie, et si tout va bien, nous nous relevons assez vite et passons notre soirée en amoureux… Sauf que ce mois-ci, nous avons été fatigués, enfin plus qu’à l’accoutumée nous allons dire, et que même si nous avions voulu regarder un film, nous n’aurions pas pu…

Le téléphone portable

J’ai commencé le mois pleine de bonnes intentions : me sevrer des réseaux sociaux et lire plus de livres, selon un procédé (simpliste hélas) de vases communicants : le temps que je ne passerai plus sur mon téléphone, je le passerai à lire des bouquins… Et je je dois avouer que j’ai échoué lamentablement sur ce point.
Certaines consommations de téléphone / réseaux sociaux, sur certaines plages horaires ont effectivement été faciles à remplacer par de la lecture. Par exemple : quand j’attends / je prends le métro matin et soir, sur ma pause du midi. Seulement cette consommation n’est qu’une petite partie de ma consommation journalière… La plupart de mon temps passé sur mon téléphone portable se situe en toute fin de journée : lors des tétées de retrouvaille et d’après repas et surtout une fois que Chéri est allé coucher la puce. Dans le premier cas, celui des tétées, j’ai bien essayé de lire, mais ce n’était juste pas possible avec Petite Chérie qui bouge dans tous les sens (allaiter un bambin, c’est du sport…). Pour ce qui est de laisser le portable de côté après le repas… C’est la fatigue qui a joué contre moi. À ces moments là, je n’avais tout simplement plus l’énergie de lire. Buller sur mon portable me permet de « mettre mon cerveau en pause », me relaxer.

Ce qui m’a beaucoup aidé à remarquer mes plages horaires d’addiction à mon téléphone, ça a été de télécharger une application iPhone (tu la voies, la belle ironie, contrôler sa consommation de temps de téléphone par ton téléphone…) : Moment. L’appli permet d’avoir un tracé de sa consommation sur la journée, mais également sur une semaine. Pratique. C’est comme ça que j’ai vu que même en arrivant le soir à 30 minutes de consommation, je pouvais finir à 4h de consommation juste parce que j’avais attendu que Chéri se relève sans avoir l’énergie de chercher autre chose à faire.

Parce que c’est ça que cela demande : chercher d’autres choses à faire ! Avec la Petite Chérie, nous avons plus joué, dessiné, cuisiné avec elle, pendant la journée, c’était assez facile. Et nous avons bien profité de nos moments passés avec elle. La tentation du portable à tout bout de champs au bout de la main est retombée significativement. Mais le soir… Nous avons encore quelque chose à creuser… Je retombe le nez sur mon petit écran, à passer de Facebook à Pinterest, en faisant des détours par Instagram et un peut de web. Décourageant !

Je dirai tout de même que notre objectif a été rempli à 70%, car je pense que nous maîtrisons mieux notre consommation de télé, et que la Petite Puce est sevrée de sa sur-consommation des fêtes de fin d’année. Il me reste un gros travail à faire sur mon rapport à mon cellulaire… Au moins j’aurai identifié l’ampleur du problème, pour rester sur une note positive.

 

Crédit photo : Alvaro Serrano

Pas de commentaire

Laisser un commentaire