Top

Des objectifs 2017 SMART

L’idée de se fixer des objectifs par mois, au lieu de prendre une résolution pour l’année… L’idée m’a séduite par son apparente simplicité. Après tout, il est plus réalisable de tenir un objectif sur un mois que sur un an non ?

 

Mmmmhhh, pas si simple que cela… cela dépend de l’objectif, de nos contraintes… Et nous l’avons appris très vite : nous avons échoué lamentablement à notre objectif de février, qui était de faire du tri dans la maison. Et j’ai compris assez facilement pourquoi : à cause de la contrainte temps. Il était vraiment fou de penser que j’arriverai à caser des choses à faire en plus dans mon emploi du temps (sur) chargé. Enfin, j’aurai pu me forcer et tout faire sur la seule « journée de libre » de ma semaine (je ne travaille pas le vendredi) mais ça aurait voulu dire de ne pas faire tout ce que j’arrive normalement à boucler sur cette journée (au hasard, ménage, lavage, courses ou encore rattraper des heures du boulot).

Bref, pas possible.

 

L’échec constaté, nous avons commencé le mois de mars avec l’objectif de « zéro achat ». Et je dois dire que, jusqu’au 27 du mois, nous l’avons assez bien suivi (je ferai un récap très vite sur cet objectif). Et c’est gonflée de ce presque-succès qu’hier, je jette un coup d’œil à l’objectif du mois d’avril : « un massage par jour ». J’ai failli m’étrangler de rire…. Ça ne marchera pas, c’est sûr, vu que le soir nous tombons comme des mouches aussitôt la Petite Chérie couchée… Irréaliste.

 

Sur ce fait, ce matin, je dois faire une recherche pour mon cours d’analyse d’affaire, parce ce que c’est ce que je fais dans la vie, analyste d’affaire, et je tombe sur ce lien, qui explique que l’on peut utiliser une méthodologie d’analyse d’affaires nommée SMART pour fixer ses objectifs de début d’année. C’est vraiment trop fou, c’est pile ce qu’il me fallait. Le pire dans cette histoire, c’est que j’applique déjà (enfin j’essaie déjà d’appliquer) cette méthodologie au boulot, mais j’ai pas fait le lien du tout avec mes objectifs personnels pour l’année 2017…

 

Je vais rapidement t’expliquer à quoi correspond l’acronyme SMART et ensuite ré-écrire mes objectifs 2017 selon la méthodologie.

 

C’est quoi un objectif SMART ?

  • S pour Spécifique – on est simple, précis – on évite les termes ou objectifs trop vagues. Exemple d’objectif non spécifique : être plus gentil. Cela laisse trop la place à l’interprétation.
  • M pour Mesurable – on donne une valeur qui objectivement sera atteinte, ou non. Exemple d’objectif mesurable : réduire mes achats alimentaires à 250$ par mois. L’objectif mesurable permet d’avoir une vision de l’effort à faire pour l’atteindre.
  • A pour Atteignable – l’objectif doit pouvoir être raisonnablement atteint. En reprenant l’exemple ci-dessus, si mes achats alimentaires se chiffrent actuellement à 800$ par mois (famille de 5 personnes et on mange tout bio), aller chercher 550$ de baisse dans ma dépense n’est peut-être pas un objectif atteignable. Ce qui risque de fortement me démoraliser, et me bloquer dans la poursuite de mon objectif. Dans ce cas, je peux me fixer des objectifs intermédiaires et garder mon objectif final de 250$, mais pour plus tard.
  • R pour Réaliste – pour le R, dans la version française, je trouve qu’il n’y pas beaucoup de différence entre « Atteignable » et « Réaliste » – il faut alors revenir à la version anglaise qui est « Relevant », ce qui se traduit par « Pertinent » pour retrouver le sens initial (mais il n’y a pas de mot français synonyme de « Pertinent » qui commence par « R » et comme SMAPT ça sonne moins bien à l’oreille, le mot choisi a été « Réaliste » bien que moins pertinent pour le coup 🙂 ) – donc R pour Pertinent – on se fixe un objectif conforme à ses propres valeurs, à sa réalité qui aura du sens pour nous – Exemple d’objectif non-pertinent : réduire sa consommation d’essence si on a pas de voiture. 🙂
  • T pour Temporel – l’objectif doit être défini dans le temps. Exemple d’objectif inscrit dans le temps : au 1er juin, j’aurai arrêté de fumer des cigarettes en chocolat. Dans mon cas, ce critère est rempli d’office, chaque objectif étant inscrit dans un mois de l’année. Exemple d’objectif non temporel : je veux arrêter de fumer. C’est une belle intention, mais l’absence de

Ça, c’est pour la théorie. Maintenant, appliquons ces beaux principes à mes objectifs de l’année 2017.

 

La pratique de la méthodologie SMART

Mes objectifs tels que je les ai écrits au premier janvier étaient ceux-ci :
  • Janvier : Désintoxication des écrans
  • Février : Tri / simplification de la maison
  • Mars : 0 achat (hors alimentaire)
  • Avril : 1 massage par jour (1 « repos » / semaine)
  • Mai : 0 plastique
  • Juin : 0 internet
  • Juillet : 0 râlage
  • Août : 0 viande
  • Septembre : 0 produit laitier
  • Octobre : 0 déchet
  • Novembre : 1 blague par jour
  • Décembre : ()
Si je devais les critiquer selon les critères SMART ça donnerait :
  • S – je les trouve moyennement spécifiques, car ils portent sur un mot et laissent place à l’interprétation.
  • M – le côté mesurable peut se discuter sur certains, sur d’autres, l’objectif étant « zéro », la mesure est bien inscrite.
  • A – le côté atteignable est celui qui pêche, je vais rajouter des exceptions plus précises.
  • R – la pertinence va d’elle-même je pense, vu que j’ai écrit mes objectifs moi-même et qu’ils « font du sens » (comme on dit au Québec) pour moi.
  • T – la temporalité est inscrite même dans mon principe d’un objectif par mois, donc ce critère est bien rempli.
Et après quelques minutes heures, voici ce que cela donne, des objectifs SMART :
  • En janvier, nous ne passons plus nos soirées devant la télé et limitons notre temps sur les potable à une heure par jour.
  • En février, nous trions nos placards et donnons / vendons 3 boîtes en cartons de nos affaires.
  • En mars, nous ne faisons aucun achat, mis à part les achats alimentaires et urgences de remplacement de matériel.
  • En avril nous nous mettons à table entre 18h et 18h30 afin d’arriver à coucher Coline entre 20h et 20h30
  • En mai, nous n’allons plus sur Facebook.
  • En juin, nous ne consommons / achetons aucun plastique et trouvons des solutions à plus long terme pour ne plus en consommer.
  • En juillet, nous ne râlons plus, même si nous pensons avoir une bonne raison pour. 🙂
  • En août, nous n’achetons ni ne consommons à l’extérieur de la maison de la viande.
  • En septembre, nous n’achetons ni ne consommons à l’extérieur de la maison des produits laitiers.
  • En octobre, nous nous racontons une blague par jour.
  • En novembre, nous préparons tous nos déjeuners (2 exceptions dans le mois chacun).
  • En décembre, nous ne faisons qu’un bocal de déchets au maximum.

 

Maintenant à voir si le succès sera plus au rendez-vous ! 🙂

 

Crédit photo : Brigitte Tohm

Pas de commentaire

Laisser un commentaire